Mobilité : quelle assurance pour les trottinettes électriques ?

16/04/2019

Marché

Édité par SPB

Le marché des trottinettes électriques connaît un incroyable succès. Selon une étude publiée par la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FP2M), les ventes de trottinettes électriques ont augmenté de 129 % l’an dernier. Une question revient souvent chez les utilisateurs de trottinettes électriques : comment et pourquoi les assurer ?


Respectueuses de l’environnement, silencieuses et faciles à utiliser, les trottinettes électriques ont envahi les rues des métropoles françaises. Idem pour les autres membres de la famille des NVEI (nouveau véhicule électrique individuel) : la gyroroue, l’hoverboard, le gyropode, le skate électrique…

Avec la baisse des prix et le développement du free-floating* au sein des grandes villes, de plus en plus de Français utilisent les trottinettes électriques au quotidien et ne le considèrent plus seulement comme un loisir. L’an dernier, presque 233 000 trottinettes électriques ont été vendues sur un marché qui représente environ 111 millions d’euros.

En tant que véhicule, les trottinettes électriques nécessitent de nouvelles assurances : d’une part la responsabilité civile – obligatoire – afin de couvrir les blessures et dommages causés à un tiers - et d’autre part l’assurance – facultative –  pour le conducteur afin de s’assurer soi-même contre tout type de blessure.

Et en tant qu’objet du quotidien, les trottinettes électriques nécessitent elles-aussi une assurance spécifique afin de prévenir les risques de casse, de panne et de vol. Ces assurances, conçues et développées spécifiquement pour cette nouvelle mobilité, répondent aux attentes des propriétaires de trottinettes électriques et de surcroît aux besoins de fidélisation exprimés par les commerçants. SPB répond à cette attente en proposant des garanties en cas de dommage accidentel ou de vol.

* Le free-floating signifie que le véhicule est disponible en libre-service sans station (ou sans borne) partout en ville et à toute heure de la journée.


Marie-Laurence Gilleron
Directrice grands comptes chez SPB