01/01/1970

RH

Published by SPB

Retrouvez l’interview de Thomas Dieulois, concepteur-réalisateur au sein de la Digital Factory & Innovation.


A l’occasion de la journée mondiale des développeurs, nous avons choisi de leur donner directement la parole. Retrouvez ci-dessous l’interview de Thomas Dieulois, concepteur-réalisateur au sein de la Digital Factory & Innovation.

Comment es-tu devenu développeur ? Quelle a été ta formation ?
Thomas
: Après le bac, j’ai entamé une licence SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) où étaient dispensés des cours d’informatique ayant pour but de nous sensibiliser à la BioInformatique. J’ai tout de suite été passionné par cette matière et j’ai décidé de me réorienter vers un cursus entièrement consacré à l’informatique. J’ai donc repris un DUT Informatique ; puis, j’ai enchainé sur une Licence Informatique.

Quel conseil donnerais-tu à un.e jeune étudiant.e qui veut faire de la programmation son métier ?
Thomas
: D’être curieux, et de ne pas s’arrêter au cadre des études. Créer un projet perso peut être une bonne façon d’apprendre et de valoriser son profil auprès des entreprises.

Quel est selon toi le meilleur langage pour débuter dans la programmation ? Et quel est celui que tu détestes ?
Thomas
: Je ne sais pas s’il y a un langage à privilégier, je pense plutôt qu’il faut avoir un bon prof et aimer ce qu’on fait. Je ne déteste aucun langage, je suis ouvert d’esprit :)

As-tu un (ou plusieurs !) conseils pour apprendre un langage ?
Thomas : Déjà, il faut un bon café et ensuite il faut pratiquer. Lire des tutoriels c’est bien mais c’est la pratique qui vous permet de progresser.

D’après toi, ton expérience… qu’est-ce qui caractérise un « bon » développeur ? (parcours, habitudes de travail, bonnes pratiques…) ?
Thomas : À mon sens le parcours importe peu, un bon développeur va d’abord être quelqu’un d’ouvert d’esprit et qui cherche à s’améliorer, aussi bien dans ses méthodes de travail que dans son code.

Comment continues-toi à vous améliorer et à maintenir tes connaissances à jour ?
Thomas : Au travers des formations que SPB nous met à disposition, mais également via la veille technologique que nous sommes amenés à faire lors de nos projets (articles, exemples d’implémentations…)

Ya quoi de plus énervant pour un développeur ?
Thomas : J’hésite entre un conflit GIT ou le CSS :)

Quels sont les clichés auxquels tu es confronté ?
Thomas : L’éternel « geek timide qui passe son temps devant son ordinateur ». Mais on ne va pas se mentir, c’est parfois un peu vrai.

Quel est ton poste et quelles sont tes missions au sein de SPB ?
Thomas : Je suis concepteur réalisateur au sein de la Digital Factory.  Ma mission est de développer et maintenir les applications web comme des sites de déclaration de sinistres ou de souscription à destination de l'assuré.

Une journée-type à nous décrire ?
Thomas : Nous commençons toujours la journée avec un « Daily stand up » de 15 min où chaque personne de l’équipe explique brièvement sur quoi elle a travaillé la veille et ce qu’elle prévoit de faire aujourd’hui.

Après ce point nous travaillons sur la tâche qui nous a été attribuée, cela peut aller de la correction de bug à l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité en pair programming.

En plus de cela, nous participons régulièrement à des points avec les équipes projets afin d’éclaircir certains détails techniques et apporter notre vision aux projets.